www.customguitar777.com
Dirty.Black.Hole@live.fr
FacebookChristophe Mina
Mes Racks
Vign_DSCF1496
LAG, Custom
Vign_lag-the-beast-2138116_2x
Réalisation Télé Thinline
pt_mina_projet_tele-thinline
Peinture Télé Thinline
pt_mina_peinture_tele_thinline
Ma blue floral 1992
Vign_MA_BLUE_FLOWER_5_
Lag Custom
Vign_lag_custom_1995
Evh
Vign_evh_1
Manche
Vign_jem_dirty_3_
Washburn
Vign_washburn-n2_2_
MA 7 V
Vign_ibanez_jem_7v_2009
Réalisation Touche
pt_confection_de_l_inlay
Jem Custom
Vign_jem_confedered_3_
Ibanez Swirl
Vign_dna
Tête Fender
Vign_fender
Tête Gibson
Vign_gibson
Stratocaster
Vign_thumb_43347316_1_
Ibanez Limited
Vign_ibanez_rg
Universe
Vign_img_2166
Touche Palissandre
pt_inlays
Collage Tête Inlays
pt_inlay_sur_tete
Corps Aulne
pt_jem
Zvex U.S.A
Vign_inventobox
Collage caisse
Vign_images_guitares_57_
Manche
Vign_photos_lutherie_4_
Rénovation
Vign_photos_lutherie_178_
Micros USA Dimarzio
Vign_DSCF1201
Dur dur !! 7cordes
Vign_NECK_HOLLYWOOD_8_
LUTHERIE
pt_performance_custom

Réalisation de ma première guitare électrique: 



Avant de se lancer, il est préférable d'avoir une aptitude et une sensibilité auditive, une pratique de la guitare est conseillée. Choix du matériel et de l'outillage nécessaire; dégauchisseuse-raboteuse, défonceuse, scie à ruban etc... à la fabrication d'une guitare. Commencer par définir un mode opératoire et dessiner un plan à l'échelle, type strat ou un gabarit en bois pour prendre des repères. Il faut aussi faire une sélection des bois utilisés aux différents éléments, pour ma part, un flan d'aulne pour le corps, vous pouvez coller une feuille d'érable pour la table, et un flan en érable pour le manche et pour la touche de l'érable ou du palissandre foncé, ou ébène. J'ai fait le mien à partir d'un modèle que j'avais, j'ai imprimé cette photo en A4 et j'ai calculé l'échelle de cette photo à partir de la longueur de corde (diapason) que je connais. Ensuite j'ai mesuré les moindres détails de la photo le plus précisément possible et je les ai multipliés par l'échelle. Ensuite grâce au courage, j'ai pu intégrer par partie la matrice complexe. j'ai ensuite tracé sur une grande feuille la guitare avec les mesures réelles ce qui m'a donné un gabarit: Voir photo.

Le manche:
Pour commencer j'ai coupé et détouré mon bout d'érable en deux et je l'ai recollé, en utilisant que de la colle à chaud; colle de nerf. La colle à chaud pénètre dans la fibre du bois et laisse passer toutes les vibrations du son. Ne jamais utiliser de colle vinylique qui elle, en séchant fait un film plastique entre les deux pièces collées, ce qui n'est pas génial pour le son. Bref en inversant le fil du bois pour éviter que le manche vrille ou bouge avec le temps cette initiative est nécessaire car le Truss Rod en compression est là aussi comme renfort. J'ai ensuite mis le tout sous pression avec beaucoup de sert-joints comme pour tout collage.
Une fois le manche collé j'en ai coupé une extrémité à 15° (l'angle est entre 15° et 13°) et j'ai collé l'ensemble qui sera le dessus de la tête. Laissez sécher le tout pendant 12 à 24 heures.
Une fois le collage fini on passe à la découpe grossière du contour de la tête avec les outils que l'on a à sa disposition (pour moi une bonne Scie sauteuse) et à la coupe de l'angle qui dépasse sur le manche utiliser une scie à main, limes fines et un rabot.
Répéter l'opération, la têtes profilée, en "banane" doit être bien plate sur le dessus, il faut faire le canal pour le Truss Rod qui se fait à la défonceuse. Ce canal doit être précis en cotation pour avoir la bonne profondeur et largeur, et pour la longueur il faut faire de sorte que la vis du Truss Rod arrive juste avant l'angle de la tête, en bout de touche quand celle ci sera posée. La longueur, profondeur et largeur de ce canal varis selon le type de Truss Rod utilisé, les double actions étant en général plus profond.
Ensuite j'introduis le Truss Rod dans son canal en m'assurant au préalable que celui-ci était bien droit, il faut juste le poser dedans car il se bloquera tout seul une fois la touche en érable collée par un petit coup de vis. J'ai recouvert le canal et le Truss Rod d'un scotch pour protéger celui-ci de la colle et j'ai ensuite préparé la colle de nerf, faire chauffer de l'eau à 80°, mélanger ensuite les granulés de colle. J'applique la colle sur la touche et sur le manche juste à la limite de l'angle de la tête en ajustant le tout.
Mettre le manche et la touche en pression avec des serre-joints et laisser sécher pendant au 24 heures.
Dés que le manche et la touche est sécher, il faut tracer la largeur du manche et placer des guides, découper les cotés. Pour cette étape la meilleur scie reste la scie à ruban.
Former le dessous du manche. Pour enlever le plus gros, j'ai utilisé la plane et j'ai fini par la râpe puis la lime et papier de verre fin . Il faut faire attention de ne pas trop en enlever pour ne pas arriver jusqu'au Truss Rod.
Pour ma part, j'ai préféré faire un manche très fin de type Wizard on dit manche rapide de 19mm à 17mm d'épaisseur au sillet.

La touche:
Avant de fretter, la rectitude et la planéité de l'ensemble touche, manche sont très importante, il faut poncer la touche avec une cale radius 12" (faite maison), j'ai commencé par du gros papier de verre jusqu’à du papier de verre 600/800 pour avoir une touche très lisse. De la 20 ème à la 22 éme cases, j'ai scalopé à la lime ronde puis finition au papier de verre 1200.
J'en arrive donc à la touche en érable. A l'aide des longueurs données par un calculateur de frettes, j'ai tracé sur ma touche l'emplacement précis des frettes, donc là réglet et pied à coulisse et équerre obligatoire avec un crayon le plus fin possible pour un maximum de précision.
Pour faire les fentes des frettes j'ai utilisé une scie à ruban motorisée avec une lame très fine selon les frettes utilisées. Pour mon manche j'ai mis des frettes jumbos.
Sinon une petite astuce, utilisez une scie à métaux et rabattez la voie avec un petit marteau ou une bat sur une bigorne pour qu'elle soit bien plane.
Cela permet que la fente reste assez fine et permet aux frettes de forcer convenablement en rentrant. Pour faire ces fentes j'ai posé une petite calle serrée avec un sert-joint à la limite des traits et en s'appuillant dessus avec la scie on peut ainsi faire sa fente sans risquer de glisser ou de sauter.
Les fentes terminées on peut passer aux inlays, utiliser une petite fraiseuse à main (Dremel) j'ai fait des incrustations rondes en plexi noir ou carrées en abalone (type de nacre) Voir photo, en bas gauche sur touche palissandre. Il faut être très précis dans l'opération car l'érable est un bois qui reste très chère.
Pour faire les incrustations (inlays) en carrées il suffit de faire un traçage précis au crayon fin et à la fraiseuse, enlever juste ce qu'il faut et respecter aussi l'épaisseur de l'inlays, pour que celle ci rentre. On met de la colle dedans on enfonce et on enlève la colle qui déborde, Poncez avec un papier p800 et finir très fin p1000/1200. Une fois poncé le résultat est bien mieux évidement.
Pour une belle finition j'ai fait un vernis très fin au tampon.
Nous voilà arrivé au frettage. Pour fretter, il suffit juste de poser la frette dans sa fente, puis avec une cale en bois et un maillet on l'enfonce. Une fois la frette enfoncée on coupe ce qui dépasse des cotés du manche et on lime pour finir au papier de verre P800 pour avoir une finition parfaite.
Sur la tête du manche de forme "banane"  j'ai plaqué un aluminium gaufré, découpé et collé sur la tête puis,  bien le rectifier autour de la tête du manche cela donne un super effet.
Pour ce qui est des mécaniques, il faut faire les six trous bien alignés. Tout d'abord on trace puis on perce avec un foret de diamètre 5mm et on agrandit le diamètre avec un alésoir jusqu'au diamètre voulu 11mm.
On met les mécaniques dans les trous on les fixe et le tour est joué.

Le corps:
Pour ce qui est du corps, on commence par dessiner, à l'aide du gabarit, la forme strat.
Puis on passe à la découpe toujours grossière au début, à la scie sauteuse. On fignole bien tout au tour de la guitare.
On en arrive ensuite aux défonces, surtout celle du manche, partie assez délicate bien être précis pour que le manche s’emboîte bien dans la jonction.
Repérer bien les quatre trous de fixation du talon manche, puis les percez avec un foret de diamètre 3mm, de part en part, pour être bien perpendiculaire au corps prendre une perceuse à colonne.
Pour la jonction corps et manche j'ai utilisé un ciseau à bois et du papier de verre, je l'ai fait assez rentrant pour avoir une bonne accessibilité aux aigus.
L'endroit précis ou doit arriver là fin des cordes est le double de la longueur de la tête à la 12eme case (soit le diapason) sachant que le Floyd Rose à une possibilité de réglage d'environ 5mm ça laisse une petite marge de débattement pour le tracé. Pour les défonces du Floyd Rose, j'ai tracé sur la guitare la forme de celui ci puis toutes les différentes profondeurs que je devais faire et j'ai commencé par les plus profondes comme ça, le tracé reste visible jusqu'à la dernière défonce. Pour chaque défonce, il faut poser des guides et des cales sur les cotés pour avoir un travail propre, car sans ces cales, la défonceuse risque de déraper très facilement et là vous êtes bon pour refaire le corps.
Pour la défonce des micros et de l'électronique, même technique, on trace et on défonce.
Ensuite à l'aide d'une perceuse on relis les cavités entre elles pour pouvoir faire passer les câblages des micros et des masses.
Pour l'électronique j'ai blindé la cavité avec de la feuille d'aluminium et j'ai vérifié à l'ohmmètre que la continuité était très bonne et pas de problème. Penser à blinder aussi les cavités, des micros, et du jacks.
Pour les micros, je me suis fabriqué des caches en plexiglas, les plaques arrières du vibrato, le cache de la vis de Truss Rod et la plaque de jack sont eux aussi en plexiglas noir.
Pareil pour les trous des potards, et pour la fente du sélecteur de micros une petite défonce avec des petite fraises Dremel font l'affaire. Faire une finition impeccable poncer avec du papier de verre très fin du P600/800 et ensuite du p1000/1200, le plus difficile sont les cornes de la guitare comme sur les RG. La finition demande beaucoup de temps mais plus elle sera parfaite et plus le vernis cellulose sera nickel.
J'ai ensuite préparé mon vernis cellulose, là secret que je ne révèle pas, le vernis cellulose à la particularité d'être à base de matières naturelles laissant respirer le bois, ces vernis sont réservés aux guitares haut de gamme.
le top c'est d'avoir une cabine ventilé sur tapis d'eau pour fixer les poussières, j 'ai une cabine ventilé mais avec ce procédé mais bon le résultat est impeccable, puis j'ai passé ma première couche puis plusieurs passages. Ensuite laisser bien tirer le vernis et laisser sécher pendant 2 semaines.
Après on assemble le manche, que j'ai vernis au tampon pour avoir un effet légèrement lisse et corps. On perce les quatre trous pour la fixation du manche et on le sert en pression.
Il ne reste plus qu'à souder et faire le câblage des micros Dimarzio "Evolution" en bridge et en neck que j'ai plaqué d'une fine feuille d'aluminium gaufré cela donne un super effet, je recommande.

La réalisation d'une guitare demande beaucoup de temps, pour toute information me contacter sur mon mail en laissant vos coordonnées, mail ou téléphone.

Christophe Mina 

 

Pièces Détachées guitare
Vign_DSCF0162
Rack Preamp
Vign_mes_guitares_6_
Pédale ZVEX usa
Vign_DSCF0723
Ibanez jem
Vign_DSCF1438
Les différents bois

Les bois, leur sélection, leur analyse et leur longue préparation, représentent non seulement une part importante du travail et de la recherche, mais également une vraie passion, un amour et un respect sur lesquels des guitares nous livre spontanément quelques réflexions…
Sans l'Erable, nos guitares électriques, au même titre que bien d'autres instruments de musique par ailleurs, auraient un visage et une voix bien différents ! En effet, l'Erable est une essence de bois extrêmement importante, capitale même ! Par contre, il existe de nombreuses variétés et provenances, et chacune présente des caractéristiques différentes, qui les orientent naturellement vers des utilisations particulières :



L'Erable Canadien « Hard Rock Maple » :

Pour le manche :
Matériau principal et capital pour les manches des guitares ! De densité élevée, avec des accroissements très serrés et très réguliers, il constitue le support idéal. Il permet une transmission rapide et fiable des informations acoustiques vers le corps, en assurant une stabilité parfaite associée à la légère souplesse nécessaire pour un son plein, précis, neutre et équilibré.
Cette belle texture lui permet d'être taillé soit « sur quartier », fil droit et perpendiculaire au plat de touche, ou « sur dosse », fil à plat dans le même plan que la touche.
Chacune de ces 2 méthodes de coupe apportant, bien évidemment, des résultats sonores et résistants très différents. Sa belle couleur claire mais légèrement ambrée ou rosée, permet toutes les finitions possibles, tant au niveau du type de vernis utilisé, brillant, mat ou satiné, que de la couleur ou nuance naturelle appliquée. Sa texture est dense, son grain très fin, il peut même, dans le cas d'un manche, être proposé en finition « huilée », qui reste malgré tout une finition « délicate », car elle nécessite un entretien fréquent, et ne convient absolument pas aux personnes ayant des sueurs fortes et acides, car l'encrassement devient alors extrêmement pénalisant pour le jeu.

Par contre dans des situations plus « normales », cette finition procure un confort de jeu exceptionnel, car le contact du manche évolue avec le temps et une patine naturelle très agréable et forcément personnelle, se met en place petit à petit. Néanmoins, la finition « naturel satiné » reste la solution la plus efficace et moderne pour un manche de guitare électrique sur lequel on doit s'exprimer avec vélocité et précision, et dans toutes les situations de la scène ou du studio. Les manches en Erable Canadien de type « vissé », sont finis avec un vernis polyuréthane satiné, très rapide, au contact « très sec », et à la tenue parfaite. Les manches de type « collé », comme la Lespaul Standard par exemple, sont finis avec un vernis polyester au brillant extraordinaire et à la résistance incroyable, tout cela en couches fines bien-sûr.

Pour la touche :
Le Hard Rock Maple est également utilisé pour les touches appelées « maple », et contrairement aux touches en Palissandre ou en Ebène, une touche en Erable doit être obligatoirement vernie, afin d'éviter le noircissement de ce bois au contact de la sueur et des résidus d'oxydation des cordes mélangés à celle-ci. Les touches Erables sont célèbres sur les manches des JEM Custom, par exemple, apportant une définition entre-notes superbe, une précision des notes saturées jouées en accord, ainsi qu'un excellent équilibre des registres graves-médiums-aigus sur l'ensemble du manche. Ses seuls défauts, souvent utilisés et exploités volontairement d'ailleurs, pourraient être des basses un peu « flottantes » et une « frise » ou « ferraille » naturelle qui doit être obligatoirement maîtrisée par l'instrumentiste.

Pour le corps :
Le Hard Rock Maple n'est pas utilisé pour les corps de guitare. En effet, sa densité et son poids élevés ne favorisent pas une amplitude et un timbre agréables, sauf si on est friand de super-aigus, auquel cas... Nous lui préférons le Soft Maple ou d'autres variétés « figurées » tels le Quilt Maple, ou le Flame Maple, mais souvent d'origines différentes que canadiennes, nord-américaines dans tous les cas, qui amènent en plus de leurs qualités sonores, une esthétique merveilleuse.



L'Erable Flammé ou Tigré « Flame Maple » :

Pour le manche :
Nous ne sommes pas très favorables à l'utilisation systématique de l'Erable Flammé pour les manches, car sa structure complexe et son fil perturbé, (car c'est cela qui lui donne cet aspect si caractéristique), ne sont pas un atout en ce qui concerne la stabilité et la dynamique que peut apporter en comparaison l'Erable « normal ». Il faut toujours garder en mémoire que le manche est une poutre, que cette poutre représente l'armature maîtresse de la guitare, qu'elle est sollicitée sans arrêt, que la tension des cordes est énorme, et que son esthétique peut passer après ces contraintes d'efficacité et de résistance.

Pour le corps :
L'Erable Flammé est le bois le plus utilisé et le plus populaire en ce qui concerne les corps de guitare électrique, en ce qui concerne la table plus précisément. Sa rareté et son prix obligent à une utilisation rationnelle et intelligente, n'oublions pas que la nature met plus de temps à crée sa richesse, que nous à la consommer !

Cette notion de respect est capitale. C'est pour cette raison que nous utilisons l'Erable Flammé dans des épaisseurs parfaitement adaptées à notre intention acoustique, prioritaire, et liées à notre besoin esthétique ; certains modèles ont des tables en Erable Flammé très épaisses, 19 mm sur la Roxanne Prestige, d'autres, où nous voulons absolument garder le son du matériaux de base, ont des tables plus fines, 6 mm par exemple, voir même 1 mm… En ce qui concerne l'aspect esthétique de cette essence, ce qui compte avant tout est la « force » ou le « contraste » des ondes ou flammes naturelles ; en effet, c'est cet effet « moiré » qui définit la qualité visuelle d'une table en Erable Flammé. Outre la sélection rigoureuse que nous effectuons lors de l'achat et du débit de ce bois précieux, nous avons une technique très particulière et très personnelle de procéder en ce qui concerne la « mise en teinte » du bois avant les premières opération de vernissage; en effet, notre savoir-faire nous permet de mettre en valeur au maximum ces ondes, de façon naturelle et très prononcée.
Le résultat final aura donc, grâce à cette technique, un aspect magnifique, vivant et évoluant en fonction de la lumière et de son intensité. En ce qui concerne le son, les Erables Flammés que nous sélectionnons, sont équilibrés en densité, se marient parfaitement avec d'autres bois tel l'acajou, tout en respectant ses qualités intrinsèques, opérant cette magie associative qui fait les guitares d'exception. Cette essence est synonyme de clarté, d'excellente définition, d'un sustain parfait, et d'une chaleur de son permettant des expressions musicales et sonores très variées. Et puis, ce bois est tout simplement indémodable, hors des courants fugaces dont on se lasse au premier changement de look, d'une finesse superbe, la grande classe, quoi…



L'Erable « Bouclé » ou « Pommelé », « Quilt Maple » :

Le Quilt Maple est certainement le plus spectaculaire des bois figurés, le plus profond dans sa texture, avec ses grosses boucles moirées, semblables souvent à des reflets d'eau changeants et sublimes… le plus rare et le plus cher aussi. Nous sommes en contact permanent avec un courtier en bois américain, donc le travail et la noble mission, est d'arpenter les Etats Unis de long en large , de visiter les scieries et les « coupes » de bois, afin de trouver les pièces les plus magnifiques, de les réserver et d'en faire débiter les parties les plus adaptées à nos besoins. C'est à ce prix, que nous pouvons proposer des tables de cette qualité. Acoustiquement parlant, le Quilt Maple, associé à l'acajou par exemple, amène cette précision et clarté de timbre, que l'acajou a du mal à restituer tout seul, du moins dans des proportions similaires. Sa densité moyenne
(0 ,5 / m3) nous épargne le caractère souvent agressif et incisif de son cousin Roc Maple, favorisant donc un aigu précis mais moelleux, et des graves pleins et non-tournants.



L'Erable « Moucheté«, « Bird's Eyes Maple » : 

Le Bird's Eyes Maple, est vraiment une curiosité de la nature, une constellation de petits « nœuds », départs de branches avortés, d'une rare beauté, avec, en plus, des variantes possibles, (la nature n'a pas inventé l'uniforme…), allant d'yeux petits et très serrés, à des yeux plus amples, presque moirés à l‘intérieur, souvent associés à des « ondes » comme sur le Flame Maple… Un manche ou une table en Bird's Eyes est toujours un événement, une œuvre unique et somptueuse de cette nature que nous ne comprenons et respectons pas toujours comme nous le devrions… Le Bird's Eyes Maple est la plupart du temps un « Hard » Maple, dense et serré, mais ô combien capricieux s'il n'est pas parfaitement stabilisé… En effet sa structure complexe et tourmentée, en font un bois à la stabilité relative, manquant d'homogénéité et de droiture de fil. Attention redoublée s'il est associé à l'Ebène… Mais il est tellement beau ! Il supporte aussi bien les vernis satinés et brillants, même si ces derniers mettent quand même plus en valeur, en profondeur et par leur éclat, la finesse de ses motifs. A consommer avec modération….

Les autres Erables :

Il existe bien-sûr, bien d'autres variétés d'Erable, comme le sycomore, l'érable champêtre, etc… Ce sont des essences qui présentent certes des intérêts réels, mais que nous n'utilisons pas sur nos guitares, donc je me garderais d'en parler, au moins par modestie et manque d'expérience sur leurs capacités à répondre aux critères d'exigence sur une guitare électrique de qualité…



Le Sapelli « Moucheté »  :

Il s'agit d'un bois rouge à brun-orangé, dense et de croissance régulière, dont l'utilisation principale est certains manches de guitares électriques, et la totalité des manches de nos guitares acoustiques et électro-acoustiques. Contrairement à l'Erable, le Sapelli apporte d'emblée une coloration importante dans la composante complexe corps-manche, caractéristique d'un son chaud et rond, favorisant l'expression acoustique maximale, rendant pas cela, même une électrique « sonore », c'est à dire augmentant ses capacités acoustiques naturelles de façon considérable. Dans le cas des acoustiques et électros, l'association avec une caisse de résonance complète l'expression et l'épanouissement de celle-ci. D'autre part, sa relative souplesse mécanique, en fait un matériau vivant et sensible, où les moindres variations et intentions du jeu vont être mises en valeur et « amplifiées » naturellement et de façon chaleureuse.



L'Acajou d'Afrique « African Mahogany » :

Ce bois est l'autre grand classique des guitares! Par contre, son approvisionnement a subit de grosses turbulences lors des dernières années, la folie des hommes a encore une fois gravement compromis les équilibres naturels, en « exploitant » sans vergogne ni intelligence ces magnifiques forêts africaines, en coupant sans retenue, et surtout, vous imaginez plus grave conséquence, sans replanter !!! Plusieurs pays ont donc dû fermer leurs frontières à l'exportation de ce bois, en attendant que la situation se rétablisse correctement, mais ce ne sont pas des arbres qui poussent en 1 semaine… nous sommes vigilants quant à la traçabilité des matériaux que nous achetons, nous voulons en savoir toujours « plus », être sûr que notre action ne concourt pas à accélérer des évènements négatifs sur cet environnement que nous respectons et qui nous fait vivre au bout du compte…

Tous nos Acajous sont certifiés, séchés naturellement dans leur pays d'origine, traités et étuvés (par vide d'air) à leur arrivée en France, au port de Sète, à 50 km de chez nous, où nous allons régulièrement choisir nos billes de bois à même le quai ou chez l'importateur, puis déshumidifiés (jusqu'à 6% pendant 45 jours) et stabilisés pendant plus d'1 an dans nos ateliers (cette technique s'appelle « seasoning », et consiste à faire subir de façon souple mais forcée, les variations de température et d'hygrométrie aux bois sur plusieurs « saisons » afin d'éviter leurs mouvements et caprices ultérieurs, n'oublions pas que le bois, même taillé et sec, est un matériau « vivant »…) avant d'être débités et utilisés…

Acoustiquement parlant, l'Acajou est synonyme de chaleur, de basses souples et confortables, de moelleux, de « gras », les qualificatifs ne manquent pas et le jargon guitaristique s'en régale de descriptions imagées… C'est le bois des associations superbes, en « sandwich avec les Erables notamment, mais il est inégalable seul, c'est là qu'il exprime son maximum, c'est un matériau dont l'utilisation est directement associée au sons « Blues-Rock », « Rock », « Hard », « Métal »… tout ça pour dire que beaucoup d'entre nous peuvent se retrouver dans ce son lourd et beau qu'il procure !!!
Ce sont les micros « humbuckers », doubles bobinages, qui en tirent le maximum d'expression, en effet l'Acajou, par sa structure, favorise les « médiums », et les « bas-médiums », certainement un peu au détriment des « aigus », les « simples bobinages » ayant un rendu un peu « fade » sur de l'Acajou, toujours un peu faibles en « cristallin » et en précision.



Le Frêne des Marais, « Swamp Ash » :

Rare le Swamp Ash, mais superbe, esthétiquement et d'un point de vue sonore ! A mon avis, le meilleur compromis et donc le meilleur résultat lors d'une association de « humbuckers » et de « simples bobinages » sur la même guitare ! Les basses sont rondes, précises, puissantes sans envahir, les médiums agréablement chauds et moelleux, et les aigus très fins, équilibrés, sans agression… Quant au sustain, c'est un modèle du genre ! Et tout cela pour un poids très raisonnable, très loin des frênes américains classiques et de leurs cousins français ! En plus de ses qualités sonores étonnantes, le Swamp Ash offre une esthétique très belle, sans excès, sobre bien que très marquée, c'est la « dosse », (le fil coupé à plat) qui lui va le mieux, favorisant ainsi ces grandes veines en « V » si caractéristiques. Il est somptueusement mis en valeur par un beau et profond vernis brillant, avec des colorations possibles multiples, car sa couleur claire légèrement ambrée, peut permettre bien des nuances…



Le Palissandre du Brésil, « Brazilian Rosewood » :

Comme souvent lorsqu'on parle de bois de lutherie, leur provenance est capitale ; en effet, il existe de nombreuses variétés de Palissandre, à ne pas confondre avec le « Bois de Rose », (bois de couleur brun clair / rose / blanc, très veiné, très utilisé en marqueterie d'ameublement), même si le nom anglais « Rosewood » peut prêter à confusion…., et ces variétés sont associées à des pays d'origine différents, et dont la qualité, la densité, l'esthétique, mais aussi la régularité d'approvisionnement, nous obligent à des sélections rigoureuses, mais aussi quelques fois très subjectives.
C'est un bois que nous réservons exclusivement pour le fabrication des « touches ».
nous aimons les Palissandres « denses », ironie du terme quand on sait que la densité de la majorité des Palissandres est supérieure à 1, c'est à dire qu'ils ne flottent pas dans l'eau, toute masse et dimensions confondues…, mais nous les recherchons malgré cela, avec des grains les plus serrés possibles, pour des raisons à la fois esthétiques, acoustiques et d'usure relative au contact.

Nous avons donc jeté notre dévolu, et cela depuis de nombreuses années, sur un des plus beaux palissandres qui soit, celui du Brésil, d'Amazonie plus précisément, le Palo Santos, au grain doux et soyeux, à la couleur chaude et au son riche et merveilleusement équilibré. Ce bois est un bois protégé, donc la coupe et l'exportation font l'objet de contrôles draconiens, et heureusement ! (voir réflexions plus haut)… En effet, sa préparation et son débit se font uniquement sur place, afin de conserver de la valeur ajoutée dans son pays d'origine, afin de gérer la replantation et l'équilibre écologique liés à l'exploitation cet arbre.

Une touche en Palissandre du Brésil, c'est la certitude d'un son équilibré sur l'ensemble du registre, une précision de timbre parfait, la souplesse qui pousse à jouer, un toucher très agréable…
Pas de risque de « manque » dans un aucun des registres, sustain excellent, grande capacité d'adaptation esthétique avec tous les autres matériaux et la plupart des finitions et couleurs.
A entretenir avec de l'huile de lin ou avec les produits spécialisés du commerce-guitare.



Le Palissandre de Rio, « Rio Rosewood » :

Juste une petite aparté sur le Palissandre de Rio, qui est, malgré son nom, assez éloigné du Palissandre du Brésil ; en effet ce bois est la « Rolls » des Palissandres, avec ses couleurs et veinages bruns–roux exceptionnels, son contraste magnifique avec des veines noires ou brun foncé déchirées et irrégulières, et puis, par dessus tout, son parfum vanillé, fruité, de réglisse, incomparable et difficilement explicable…
Nous gardons ce bois rare et hors de prix, pour les guitares Custom Shop d'exception…



L'Ebène, « Ebony African » :

Voici un bois très particulier, classique dans la plupart des instruments à cordes, du violon à la contrebasse, en passant par la guitare acoustique et électrique ! Noble et racé, le plus dense, le plus lourd, le plus homogène, le plus noir bien-sûr… Cette neutralité de couleur, profonde sans être uniforme, lui confère un pouvoir particulier, celui de s'intégrer visuellement avec n'importe quelle finition, mais par dessus tout, d'apporter au jeu un confort et une précision uniques.

Sa densité procure un son parfaitement précis dans tous les registres, des graves puissants et très percutants, des aigus particulièrement clairs mais sans acidité, quant aux médiums, même si ce n'est pas sa spécialité, il en favorise suffisamment l'expression pour ne pas lui reprocher de les mettre en avant. Son toucher est exceptionnel, soyeux, rapide, sans accroche.
C'est le bois idéal pour réaliser des incrustations de nacre ou d'Abalone (nacre de couleur irisée), de motifs et formes variées, le contraste est saisissant et très classieux. Enfin, c'est un bois dont on se lasse pas, qui franchit le temps avec facilité, s'il est régulièrement nettoyé et nourri.
Un « must »…

 

Le Cèdre Rouge, " Red Cedar " :

Le Red Cedar est un bois utilisé pour les tables d'harmonie. Cette essence provient exclusivement de la côte Ouest du Canada et apporte une sonorité chaude incomparable et inimitable avec d'autres bois. Les basses sont amples et précises sans être envahissantes ou tournoyantes, les aigus sont plus discrets qu'avec l'Epicéa mais très beaux et précis. L'équilibre harmonique du Red Cedar s'exprime aussi bien avec un dos et éclisses en Palissandre ou en Acajou, chaque combinaison gardant sa puissance et sa richesse... Sa teinte ambrée ajoute visuellement la chaleur que son timbre dégage naturellement"

Lutherie
Vign_images_guitares_129_
Frettage
Vign_images_guitares_130_
Collage manche
Vign_images_guitares_128_
Eclisse
Vign_images_guitares_71_
Ibanez jem DNA
Vign_JEM_DNA_15_
Dimarzio EVO
Vign_EVO
Les différentes Essences


LES ESSENCES


Toutes les essences de bois ne « sonnent pas » de la même façon.
Dans une même essence, toutes les pièces ne « sonnent pas » de la même façon, le bois n'est pas un matériaux homogène.
L'essence change le son.
Le collage change le son.
L'épaisseur change le son.
Le séchage, l'hygrométrie change le son.


L'art de la lutherie est de connaître les caractéristiques phoniques, acoustiques des principales essences qui correspondent à un son clair et précis, essences médium ou graves avec plus de sustain, essences plus neutres... Que cherchez-vous ?
Quelques correspondances de base entre une essence et le son qu'elle peut délivrer :

L'Acajou - Mahogany - Bois de couleur brun rougeâtre, très utilisé pour les guitares électriques modèles Gibson Les Paul ou SG, pour les corps et pour les manches. Son chaud et ample. Il a tendance à amplifier les bas médiums.

L'Aulne – Alder - Bois très dur, sèche rapidement, facile à travailler, il est plus fragile que d'autres essences. Son très cristallin aux « Solid-bodies » transmet bien les différences d'attaque. (Fender Starto)
Apporte un son agressif et chaud.

L'Ébène – Ebony - Bois sombre, très sombre, voire noir. Très dense, très lourd, relativement difficile à travailler. Extrêmement dur et parfois cassant. Surtout utilisé pour les touches des guitares haut de gamme, toucher très agréable.

L'Érable – Mapple - Utilisé pour les guitares électriques et acoustiques. Présente des ondes qui, selon leur régularité, ou leur irrégularité modifieront la valeur du bois. Apporte un son légèrement agressif, bon mariage avec un corps en acajou (table des Gibson Les Paul, ou dans certaines Rickenbacker ). Utilisé aussi pour les touches Fender.

Le Frêne - Ash - Bois assez pâle, jolis veinages. Solide et facile à usiner. Utilisé surtout pour les solid-bodies. Bois neutre, colore très peu le son.

Le Palissandre - Rosewood - Origine Inde ou Brésil. Bois assez lourd, moins que l'ébène. Utilisé pour les touches des guitares. Il apporte un certain moelleux aux sons. Le palissandre des Indes est plus marqué dans les médiums que celui de Rio. 
Surtout utilisé pour les touches des guitares haut de gamme, toucher très agréable.

Le Peuplier - Poplar - Américain ou Canadien. Utilisé pour les corps de guitares solid-body. Bois clair, assez comparable à l’aulne. Densité un peu moins importante,
 Apporte un son légèrement agressif.

Le Tilleul - Basswood - Américain et Canadien. Coûteux, bonnes qualités acoustiques pour les corps de solid-body. Un peu moins dense que l’acajou. Bonnes qualités de sustain. Intonation un peu plus claire que l’acajou. Son relativement neutre.
Bois assez tendre, marque facilement, éviter les chocs car sa densité n’est très élevée. Il n’y a pas de bois fragile mais des différences de densité qui permettent d’utiliser telle essence dans tel domaine ou un autre. Dans tous les cas, il est évident qu'il vaut mieux éviter de faire tomber sa guitare !

 

Créer un site avec WebSelf
France/EURL- YL.70947301 © 2009